Eu e meu Bacalhau

Au Portugal on aime le poisson. Dommage que « Morue » soit un peu trivial en langue française. Au Québec on dirait « qu’ça na pa’d’bon sen » d’écrire une telle déclaration d’amour sur un mur de la ville. Dans les petits boui-boui du pays qui serve un « almoço » de qualité à bas prix, il n’est pas rare de rencontrer de la morue (bacalhau), du maquereau (carapau), du calamar (lula), des poulpes grillés (polvos grelhados), etc. Le tout accompagné de riz (arroz)  ou de batatas fritas (pommes de terre frites), arrosé d’un Vihno Verde, ou même de blancs secs du Douro éclatant de fraîcheur, floraux et épicés. C’est ça le Portugal, des choses simples, des poissons qui ne s’ont pas parallépipédiques, et qui ont les saveurs de l’Atlantique.

Bacalhau, eu amo te!

2 réflexions au sujet de « Eu e meu Bacalhau »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>