La Rioja – Petite soeur des vignobles d’Argentine

image

La mythique Ruta 40 qui traverse l’Argentine du Sud au Nord n’omet pas de passer par l’une des plus petite province viticole du pays, et dont le nom n’est pas sans rappeller la chaleur étouffante du nord de l’Espagne: La Rioja.

image

En conpagnie de Federico Mococain, au pied d’un cardon « bastante grande »!

A las 10hs, d’une journée fraîche mais ensoleillée, nous retrouvons Federico Mococain à Chilecito. Agronome en culture extensive de formation, sa passion pour le vin l’a conduit rapidement à entreprendre une spécialisation dans le monde viticole. Une opportunité qui le mène aujourd’hui comme consultant reconnu dans la région.

Un vignoble chiquitito au milieu d’un paysage sans limite.

Avec une superficie de 8046 ha, la Rioja représente 3,6% du vignoble d’Argentine. Ce qui est peu au regard du ratio exploité par les deux provinces principales de Mendoza et de San Juan.

La région se situe au pied du système précordillérain, aux portes des hauts plateaux argentins de la puna. La zone de Chilecito concentre 70% de la production, au sein d’une vallée ample d’orientation Nord-Sud, cernée entre les sierras pampeaneas du précambrien à l’est, et le massif de Famatina à l’ouest culminant à 6250m. La position relativement basse de la vallée, par rapport à ces montagnes, conditionne la réception importante de matériel d’érosion de ces deux derniers massifs. Le nom de playa, donné à ce type de vallée, n’est pas non plus étranger aux types de sols qui s’y sont développés.

image

Le massif de la Famatina domine les parrales de la vallée

Ici aussi l’on cultive les plantes en parral (Pergola). Une conduite particulière pour empêcher le soleil d’été de brûler feuillage et raisin. Pour autant une petite partie du vignoble est conduit en espaldera.

L’irrigation, une merveille technologique à l’impact

image

Environnement natif de la région: Algarrobos et autres plantes de climat semi-aride

L’ensemble du vignoble Riojano se développe aujourd’hui grâce a l’irrigation au goutte à goutte (riego por gottea). Le climat quasi désertique sur lequel se développe un végétation rase et sèche empêche la croissance des vignes. Auparavant par inondation, le système d’irrigation moderne permet normalement un contrôle de la vigueur de la vigne.

image

Installation d’une perforation au coeur de la vallée

Une irrigation rendue possible par le captage d’une nappe phréatique située entre 40 et 60m de profondeur. Pour autant l’eau de fonte printanière de la cordillère couplée aux 400mm de pluies annuelles ne suffisent pas à alimenter la nappe qui s’abaisse d’1m chaque année. Une triste réalité rendu possible par un climat politique incertain, et l’inexistance de régulation des points de captages.

image

Une surface sableuse qui laisse à penser un profil relativement similaire. Le sol est sableux sur plusieurs mètress de profondeur.

Du côté des sols, le contexte préordillerain impose un profil sableux très fin dominant mélangé avec les limons. Rares sont les sols argileux, mais là où le limon domine on peut rencontrer des dépôts argileux imperméables. Dans l’ensemble du bassin viticole, les sols sont relativement profonds, exceptant les anciennes zones alluviales comme rencontrées dans la vallée de Uco.

La fertilisation de ces sols pauvres se résout par une ferti-irrigation, couplant l’apport NPK avec l’apport hydrique. Une artificialisation du régime naturel de la vigne qui peut nous paraître folle vis à vis des défis environnementaux actuels.

Un vignoble en marge de l’epicentre viticole du Cuyo

Federico nous partage le retard de la région par rapport à Mendoza ou San Juan. Éloignés de l’épicentre viticole argentin, la connaissance, la technique, ne profitent pas aux Riojanos. De plus, cet éloignement influe sur le prix de vente du raisin. Malgré une qualité global moyenne, liée à un contexte naturel favorable, le kilo de raisin est parmi le moins cher du pays.

El vino – Bebida nacional argentina

Asi que bueno! Cette visite m’a rappellé un article paru sur le blog d’Herve Lalau du 25 Octobre 2010 et republié en début dànnée: « Le vin Argentin bebida nacional » (PAR ICI). L’article ventait alors les mérites d’un pays et de sa culture viticole se concluant par : « les députés français ont d’autres chats à fouetter ». Bien que représentant un réel engouement du vin au sein d’un pays dont l’identité se construit depuis 200ans,le raccourci faisant référence au non support de la filière vin par l’état françai est un peu rapide. Le contexte est plus complexe, et l’Argentine viticole souffre elle aussi de décisions politiques concernant la commercialisation ou l’environnement que l’on ne peut pas envier.

Pasando por La Rioja, siguiendo la ruta!

Ce détour Riojano incontournable, aurait pu s’accompagner d’un trek de 4 jours au coeur du massif Famatina, pour toucher le ciel aux 4000m d’altitude de l’ancienne mine britannico-allemande. Nous le mettrons dans notre sac à idées de randos pour une autre vie. La route se poursuit, le nord-ouest argentine, et les vignobles de Salta nous attendent.

image

Musée de du Cable Carril de Chilecito – Détail d’une des stations menant l’or de la mine jusqu’au village.

image

Ruta 40 – Cuesta de la Miranda – De Villa Union à Chilecito

Sources et ressources complémentaires:

Cave coopérative La Riojana – ICI

Vino argentino bebida nacional – ICI

2 réflexions au sujet de « La Rioja – Petite soeur des vignobles d’Argentine »

  1. oldman

    Et l’on sent que vous êtes déjà imprégnés du pays… et de sa langue. Les expressions, quelques mots, un savant mélange de « sabir » franco-castillan :-) Vous avez l’air d’être chez vous là-bas.
    Ne t’inquiète pas, on arrive encore à traduire et à suivre avec intérêt tes découvertes viticoles…

    Répondre
    1. Pierre-Marie CAMPER Auteur de l’article

      J’essaye de me remettre au français mais les construction de phrases sont sûrement les plus difficiles à remettre en route. L’immersion en France nous ramènera à la raison!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>