Long ride on Seneca Lake (Herman. J. Wiemer. Winery)

Ithaca, 16 Septembre 2010, 20h00 (heure locale), 02h00 (heure de Paris)

135,21/4712,22-5h28/242h08

Oskar Bynke (Manager & Marketing)

Le week-end commence en douceur, mais il faut se rendre à l’évidence, j’ai un lac à parcourir. Le Seneca Lake.

Samedi 11 Septembre (Day 88) :

Le coucher tardif de la veille ne m’aide pas à sortir du lit. Les journées de vélo derrière moi s’accumulant sans repos, la fatigue aussi s’accumule. Mais qu’à cela ne tienne, puisque Ramon me pousse à faire le tour du lac dans son intégralité, et en commencant par la rive Est. En guise de motivation Ramon me prête son GPS, en me chargean l’itinéraire qu’il a rentré pour moi. Je n’ai donc pas le choix, et je sais que ma journée, bien qu’elle n’ait commencée qu’à 10h00 comptabilisera 130km. Je n’y pense pas, et je roule à la découverte des paysages du lac.

Heureusement pour moi, il fait beau aujourd’hui, et la température est idéale. Le lac est à ma droite, et les routes empruntées sont peu passantes. Je rencontre alors très rapidement un couple d’hollandais, la soixantaine, en route pour je ne sais quelle destination. Une chose est sure, c’est que si ils avaient un GPS avec eux, la carte du monde serait bariolée de traits bleu. Europe, Amérique du Nord, j’en passe et des meilleures. Leur « ride » préféré sur le continent, Vancouver-Los Angeles. Mais dites moi, il y a des vignes par là-bas. Je prends bonne note. Etant plus léger qu’eux, sans ma remorque, je prends congé et pédale à mon rythme.

Mon premier stop aujourd’hui est au Red Newt Cellars. Je dois rencontrer Dave Whyte, mais n’ayant pas eu de retour de mon mail je ne sais pas si je vais être reçu. Me présentant à l’accueil je suis tout même accueilli. Dave ne comprend pas tout de suite ce que je lui raconte, mais m’emmène tout de même dans les vignes. La parcelle est splendide avec vue directe sur le lac, sur en pente assez importante. La visite est assez rapide, et à vrai dire, les parcelles ne lui appartenant pas, difficile d’engager une conversation.

Rapidement je reprends ma route, un peu déçu, mais je ne lâche pas. Je n’ai fait que le tiers du lac, et mon rendez vous est presque visible de l’autre côté. A midi je me restaure à Watkins Glen, un petit port de plaisance, dans un  café. Je discute quelques temps avec un homme intéressé par ma monture. Cela le surprend qu’un français roule en SCOTT (USA) et non pas en Lapierre. Mais à vrai dire rouler sur un SCOTT dans les vignobles américains est plutôt logique non ?

Watkins Glen étant au niveau du lac, je dois reprendre un peu d’altitude pour me rendre au vignoble Hermann. J. Wiemer à mi chemin entre le sud et Geneva. Là bas je rencontre Oskar, suédois, qui accompagne un local : Fred Merwarth, qui travail dans les vignes et au chai. Ici on ne cultive quasiment que du Riesling, à l’exception de quelques parcelles de Gewurztraminer, Chardonnay, Pinot Noir, Merlot et Cab Franc. Et cela se voit dans la cave, avec une gamme de riesling assez large (dry, semi-dry, réserve, late nharvest…). Du côté des vignes on cultive un range sur deux, en alternant chaque saison. Parmi l’équipe saisonnière pour les vendanges, je rencontre Guislain (surnommé François), étudiant œnologue à Bordeaux. Arrivé un peu ici par hasard, il apprécie la région, bien qu’il trouve que pour pas mal de vignoble on en soit encore au stade d’amateur. Heureusement pour lui, le vignoble dans lequel il travail est l’un des plus sérieux de la région. L’âge des vignes, et l’histoire de culture du vignoble, permet à l’heure actuelle d’envisager des replantations, beaucoup plus réfléchies, fonction des différences de vigueur et de qualité constatées.

En quittant le vignoble je discute avec d’autres cyclistes en quête d’émotion vinicoles. Il me reste encore un peu de route avant d’achever ma journée. Je finis par arriver chez Ramon, qui s’inquiétait un peu de ne pas me voir revenir. Il est tout même 18 heures passé. On ne tarde pas à manger, et de mon côté je retrouve vite le chemin de mon lit. Du repos, du calme, un bon lit, que demander de plus. Demain excursion au lac Canandaigua. Pas de rendez-vous de prévu, mais sûrement quelques surprises.

2 réflexions au sujet de « Long ride on Seneca Lake (Herman. J. Wiemer. Winery) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>