Valle de Uco – Le vignoble de la Précordillère se dévoile à la Bodega Piedra Negra

image

Mendoza, le nom résonne dans la culture viticole sud-américaine comme rayonne Bordeaux à travers le monde! L’aura de la région est aussi bien due a la réputation de ses crus, qu’à l’imposante présence de la Cordillère culminant à 6962m d’altitude, au Cerro Aconcagua. C’est aussi la région ou le général San Martin serait venu se reposer après avoir libéré le Chili de la présence espagnole en février de l’année 1812

Julio Chaab, chef de culture et ingénieur agronome de formation nous accueille sur les parcelles viticole de la Bodega Piedra Negra, propriété des frères Lurton (Jacques et François) en terres argentines.

Julio Chaab, dans l'une des parcelles du domaine

Les 100ha de vignes se situent sur le piémont est de la cordillère des Andes, au plus proche des précollines et non loin du fameux Manzano Historico oú s’est reposé le General San Martin.

La géomorphologie du paysage a été conditionnée par la fonte violente des glaciers aux époques périglaciaire. Le même phénomène qui a scultpé la côte bourguignonne. Ainsi le piémont est composé de dépôts fluviatils, façonnant un entrelacs de légères dépressions (les lits des anciennes rivières) et de légers monticules (les terrasses successives).  La taille des dépôts décroît d’autant que l’on s’éloigne de la cordillère. Ainsi la Bodega se situe essentiellement sur des sols sableux a forte charge en éléments grossiers. Ces derniers en moyenne décamétriques dépassent par endroits les 2 mètres de diamètres. Plus loin on trouvera des sols plus limoneux avec une charge en élèments grossiers moins importante

La precordillere domine les vignes!

Du côté des vignes, le problème principal est la vigueur. Avec 200mm de pluie par an, et un sol laissant filer la moindre goutte d’eau, l’irrigation au goutte à goutte est indispensable. La vigne développe alors un tissu racinaire proche de la surface du sol.

En conversion Biologique depuis deux ans, Julio Chaab, nous confie rencontrer un nouveau défi. Arrivé à la Bodega pour réhausser la vigueur un peu faible, suite a des choix de Porte-Greffe peu vigoureux, et lié au contexte géomorphologique cité, il doit aujourd’hui composer avec une fertilisation organique. L’apport de compost remplaçant alors la fertilisation chimique couplée au système d’irrigation (ferti-irrigation), ou encore la fertilisation foliaire.

Du côté de l’encépagement, le Pinot Gris (40ha) et le Malbec (25ha) présents en majorité offrent chaque année une belle maturité. La faible vigueur favorisant la concentrations des polyphénols et tanins. Au contraire le cycle long du Cabernet Sauvignon (18ha), associé au climat de la région ne permet pas de donner chaque année une maturité satisfaisante pour un bel équilibre.

Quid de la salinisation?

L’eau provenant de la fonte des glaciers, n’est pas ou peu chargé en éléments minéraux le risque est donc quasi nul. Le problème se pose plus en aval dans les vignobles de l’est de Mendoza Capital.

Le blog « regards sur le Sol », rappelle dans son dernier article l’origine et les enjeux environnementaux de la salinisation des sols. ICI: Ludmila Dmitrievna – Le sol, cordon nourricier de la Russie

Le Zonda, un cadeau du Chili

Toutes les cultures sont soumises aux évènements violents de la nature. Ici, la région est soumise à la grêle, solutionné par l’installation de toiles. Mais l’évènement le plus redouté se nomme le Zonda. Ce vent chaud violent dont l’origine est liée à la présence du massif andin.

Le Zonda est le produit de l’effet de Foehn. L’air froid et humide du Pacifique se bloque contre la Cordillère au Chili. Des nuages se forment et se déchargent de leur humidité. A l’Est de la Cordillère, l’air se transforme en vent chaud et sec. Un cadeau du Chili en quelque sorte. Pouvant atteindre 120km/h et 40 degrés Celsius, le vent impose à la vigne une forte évapo-transpiration. Cette dernière compense ce régime anormal en apportant de la sève aux feuilles, plus vite que le tronc et les racines ne peuvent le supporter. Résultat, un assèchement des troncs faisant perdre la récolte de l’année. Heureusement pour Julio, l’évènement est plus rare que le Zonda lui même. Le dernier datant de 2007.

Le cadre splendide de la « Valle de Uco », dominé par le mont Tupungato (6570m), nous donne le goût de connaître ces vignobles improbables de l’Argentine. La Ruta 40, nous mènera assurément vers d’autres treilles au coeurs de paysages toujours singuliers.

image

Vignobles de la Valle de Uco. Entre une heure et une heure et de demi de transport au sud de Mendoza. Certaines Bodega offrent visites touristiques et dégustations. Se renseigner auprès de l’office de tourisme de Mendoza capital.

Rincòn de los Leones – Des vignes au coeur de la Meseta Centrale

Rincon de los leones (7)

Laissant la province de Santa Cruz derrière nous et son petit vignoble austral de Los Antiguos, la région des lacs nous attend.

La saison hivernale avance, mais ce sont encore 6 belles journees de marche au coeur du Parc National Los Alerces qui nous menent jusqu’au pueblo de Cholila. 1500 cholileros, 3 panaderias dont une vraiment top, des chiens qui chiquent les cyclistes, et l’antenne d’une communauté mapuche experimentant la permaculture sur le verrou glaciaire du lac mosquito. D’ici le panorama est à couper le souffle et l’on oublie vite le froid du matin lorsque l’on observe au loin les majestueux cerros dos picos et tres picos.

La nous resterons une dizaine de jour à prêter main forte à Dario Culfanao et Laura duenos de Kaleuche (la maison sur le verrou), à partager vino y carne en compagnie de mendozinos assoifés, et à réveiller les arbres au terme d’un solstice d’hiver mémorable.

Rincon de los leones (10)

Vue sur le Cerro Tres Picos depuis le verrou glaciaire dominant Cholila au Sud, et le Lago Mosquito au Nord!

Des vignes ici? A vrai dire non, et il faudrait une sacrée dose de folie et de passion pour maintenir quelques plants sur la face nord du verrou, présentant pour autant un joli profil pédologique à dominante argileuse.

Rincon de los leones (11)

El Balcon, km 1881, brasserie Ruta 40

Les vignes nous sommes d’abord allés les trouver à Epuyen, dans la brasserie de Dario (le deuxieme). El Balcon, kilometre 1881 de la Ruta 40, un dimanche après-midi (déjeuner argentin), en la compagnie de Juan Giacomino. Quelques palabres pour évaluer les possibilités d’une visite dans l’un des deux bastions viticoles du coin. D’une part El Hoyo et le domaine Weinert, et d’autre part Paso del Sapo et la Bodega Rincon de Los Leones (ex Orillas del Chubut). L’une dans la précordillère et l’autre dans la steppe et ce que l’on appelle la meseta centrale. Après quelques minutes il semblerait que l’on file le lendemain pour la seconde option, à quelques trois heures de pistes de ripio.

Rincon de los leones (1)

Vue sur la valle du Rió Chubut et la parcelle viticole!

L’histoire de Juan débute avec le cadeau de quelques plants de Chardonnay que lui offre son oncle. Il y a six ans, il décide alors de planter 3 rangs de Chardonnay d’un mètre de large. Plants qui lui permettent aujourd’hui de commercialiser après 3 vendanges son blanc éponyme.

Rincon de los leones (5)

Rincòn de los Leones, ancien nom de Paso del Sapo

Aujourd’hui le plantier comporte un total de 1200 pieds avec en majorité Chardonnay, puis Pinot Noir et deux rangs de Merlot. Le tout désormais en trois mètres.

Rincon de los leones (8)

Au bord du Rió Chubut, depot limoneux

Du coté du contexte géopédologique le carré de vigne se situe sur un ancienne terrasses du Rio Chubut, présentant essentiellement un sable-limoneux sur une grande profondeur. Les sols de la meseta sont généralement pauvres en matière organique et très sec (200mm de pluie à l’année). La nappe phréatique se situe à 32 mètres de profondeur. Le tout est pour le moment solutionné par une irrigation constante durant le cycle végétatif.

Comme pour Los Antiguos, le statut de plantier du vignoble ne permet pas de constater d’observer d’éventuels problèmes, mais il y aura à l’avenir à préciser l’apport hydrique comme organo-minéral.

Rincon de los leones (9)

Le plantier du domaine

Le projet de l’homme au béret basque et aux yeux rieurs paraitrait une douce folie s’il n’y avait pas aujourd’hui le plaisir de la dégustation d’un Chardonnay patagon.

Rincon de los leones (4)

Chardonnay 2013, l’unique production actuelle

Notes tropicales au nez. En bouche de la matière et une mache agréable qui s’accompagne d’arome de fruit à chaire blanche (abricot) et d’une belle acidité. Longueur moyenne en bouche.

Le travail dans les vignes et dans la cave est conseillé par Dario (encore un) oenologue du domaine Weinert d’El Hoyo. Pour les vendanges 2013 les 400 litres produits ont été vinifiés au domaine.

Rincon de los leones (2)

Ambiance desertique a quelaues kilometres de la vallee

Notre passage dans ce lieu aride et coloré, parait suspendre le temps. Asados à la parilla, musique au coeur des canedons, randonnées aux vues imprenables. 36 heures après notre arrivée nous reprenons la route vers la cordillère dans un décor martien. Tout dénote en Argentine, et l’on peut souhaiter au Rincon de los Leones d’apporter aux vignobles argentins un peu de typicité patagone.

¡Suerte Juan!

A lire, article d’El Chubut en espagnol sur le projet : ICI

Radio Fuegina a consacre un article sur les aspirations viticoles de l’INTA (Institut technique agricole argentin) : ICI

Autre article du quotidien de Neuquen La Mañana : ICI

Rincon de los leones (3)

La fine equipe avec Juan en premier plan

Los Robles – Rincon de los Leones -Comment s’y rendre ?

– Paso del Sapo, en voiture par la route provinciale 12 au départ d’Esquel. A Paso del Sapo domaine a 1km après la sortie du village.

Cholila Explorers. Dario Calfunao est guide de montagne et peut vous accompagner à la meseta pour quelques activités outdoors. Piedra Parada, spots d’escalade, à 42km du village. Avant ou après, Cholila reste une solution intéressante comme base pour profiter de la région.

–  Pour les amoureux du houblon et du vertige. Petzl Roc Trip. La piedra Parada, vestige d’une Caldera volcanique (ancienne chambre magmatique comblé de déchets volcaniques), est une des étapes internationales de l’évènement. La brasserie Ruta 40 est partenaire de l’évènement.

Los Robles -Logement au domaine, sortie à cheval,…

Rincon de los leones (6)

Entree du domaine

Vignobles australs d’Argentine – Les 900 plants de Los Antiguos qui n’ont pas froid au greffon

image

Parmi les pays d’Amérique du sud viticoles, les 2500km d’étendue, plus ou moins éparses, du vignoble argentin offre une belle diversité du sol au « vaso de vino ».

Arrivés le 16 Avril dernier à l’aéroport de Buenos-Aires, nous n’aurons pas manqué de noter l’omniprésence d’une bodega ‘australe’ vantant les escapades patagones et la tranquillité de la Pampa. Le tout habitant la moindre goutte de ce jus du bout du monde.

De toute évidence, le vignoble le plus Austral d’Argentine, situé dans la région de Neuquen (Province du Rio Negro) reste quand même a l’écart des rigueurs du climat patagon et de ce qui fait son charme.

Notre route vers le Nord nous donnera trois belles semaines de randonnées, parfois éprouvantes, entrecoupées de rencontres le pouce bien levé pour avaler les kilomètres d’asphalte et de ripio de la ruta 40. Notre route croisera le pueblo de Los Antiguos, bourg rural, les pieds dans le lago Buenos Aires à la limite entre la pampa et la pré-cordillère.

Ici l’on cultive la cerise depuis une trentaine d’années. Les chacras, petites exploitations familiales, fournissent au village douceurs, confitures, petits fruits. Pour autant il est rare de rencontrer un campesino produisant les verduras de saison. Un triste constat où une fois de plus la monoculture l’emporte sur la diversité.

image

Eduardo y Jose-Luis récolte les pommes de terre de l'hiver 2013

Notre rencontre avec Eduardo Padilla, puis notre travail dans sa chacra (Esperanza) nous aura permis de visiter un plantier viticole de quelques plants chez son ami et voisin Fabio. Ici aussi la vigne prend ses marques.

image

Fabio à gauche en compagnie de son fils et d'Eduardo

Fabio Morales, avec l’appui de l’INTA (Institut technique agricole argentin) prend soin de ses 800 pieds de Chardonnay et 100 de Malbec. L’heure étant à la taille, nous aurons discuté de son mode de conduite. 3m d’inter rang sur 1m entre chaque pieds pour un cordon de royat à 1m de haut et une hauteur de feuillage a 1,5m.

image

Les Chardonnay de Fabio. L'Inter-Rang est un peu large mais l'ennherbement pourra balancer une vigueur importante

Du côté du contexte géo-pédologique la zone de Los Antiguos correspond a un ancien bassin glaciaire remanié par endroits par le rio « Los Antiguos » qui se jette dans la deuxième réserve d’eau douce d’Amérique du Sud. Le sol est donc relativement profond avec une forte présence de galets et blocs glaciaire (les fameux fers à repasser).

image

Coupe (2m) des dépôts au bord du Rio. On voit nettement l'alternance entre limons et dépôts alluviaux

Peu argileuse, la tendance texturale est au limon-sableux (dominante de limon accompagné de sables et n’excluant pas une faible proportion d’argile).

Le contexte n’est pas sans rappeler celui rencontré en Ontario ou dans l’Etat de New-York (archives ICI et dont parlait Caves Saint Jacques récemment pour Long Island – ICI!). Avec de toute évidence une vigueur qu’il faudra maîtriser à la belle saison.

image

Lago Buenos Aires

La présence du lac confère a ce petit pueblos un micro-climat permettant cet essai viticole. La pampa aride à l’est et la pré-cordillère plus froide et plus humide à l’ouest étant pourtant proche.

Fabio en voit passer du monde du Chili et de l’Argentine viticole intéressés pour l’implantation future d’un vignoble toujours plus austral que celui de la région voisine. De l’autre côté de la frontière à Chile Chico, d’autres vignes sont aussi à l’essai.

Espérons que la vigne ne soit pas un nouveau moteur de monoculture dans ce petit coin de paradis au potentiel polycultural indéniable.

Prochain rendez-vous viticole dans la région de Neuquen, à moins de ne croiser quelque autre surprise.

En Argentine on embouteille à la maison!

image

Petit clin d’oeil argentin. Quand le « Embotellado en Origen » d’un vin de consommation courante est traduit par « Mis en bouteille à la maison » cela fait sourire. Bientôt la contre étiquette comportera une mention « Fait main ».

A venir sur vinovelo. Visite d’un plantier viticole austral au nord de la province de Santa Cruz et au pied de la pré- cordillère.

Un billet pour l’Argentine !

Une nouvelle aventure, argentine, et en duo!

Une nouvelle aventure, argentine, et en duo!

Globe Trotter, c’est peut-être ainsi que mes amis résument ce que je suis. Est ce que j’en suis ? Quel sens j’apporte à mes voyages ? Suis-je alors un simple touriste, ou est ce que j’essaye de faire de ma mobilité une richesse pour les lieux, les gens que je visite ?

J’aime les lieux atypiques. Languedoc vs Bordeaux en 2009, Québec vs Californie en 2010. Déclaration d’amour à l’Entre-Deux-Mers en 2011, quand d’autres sirotent du Saint Emilion GCC-A « from a very nice Calcosol ». 2012, je marche sous la pluie dans les Highlands quand tout le monde se tasse sur les plages ensoleillées du sud de l’Angleterre. Et 2013 ? A l’issu d’une intervention sur ALP, Eric Lange me demandait ce que j’avais prévu comme nouvelle aventure. Pris au dépourvu, à peine installé sur Bordeaux pour 4 mois, je lui répondais que pour le moment c’était « Stand By ».

« Stand By ». Comme une pause, un moment pour se concentrer sur des projets pro un peu plus durables. L’envie sûrement de faire mes preuves dans le monde viticole et pédologique. « Stand By » parce que les copains ne savaient plus trop où me situer sur le globe. Au moins Bordeaux c’est facile à placer sur une carte.

Mode d'emploi, destiné aux copains, pour me retrouver!

Mode d’emploi, destiné aux copains, pour me retrouver!

Chassez le naturel il revient au galop…de cheval !

huîtres arrosé de blanc du Languedoc à l'ombre de la cathédrale de Villeneuve-lès-Maguelone

Huîtres arrosées de blanc du Languedoc à l’ombre de la cathédrale de Villeneuve-lès-Maguelone

Fin Novembre 2012, huîtres fines sous l’ombre de la cathédrale de Villeneuve les Maguelones, une idée germa. Avec ma Bacalhau, il y avait ce jour comme un souffle aventurier qui couvrait le front languedocien. Quel lieu choisir ? Pour quel projet ? Quand ? Et surtout comment ?

Une semaine passa, une soirée pirate en terre toulousaine histoire de rencontrer quelques flibustiers, et l’idée devint concrète !

Je passe ici les détails, l’administratif, les trucs « relous ».

C’est donc en Argentine, que vous retrouverez « Vinovelo » en 2013. La bécane reste en France, le voyage se fera à pied. Visa Vacances & Travail en poche, on file donner la main à la patte entre l’Amazonie et la Terre de Feu. Plaine de la Pampa, Cimes de la Cordillères des Andes. On évitera la tourista comme on évitera de ressembler à des touristes. On se remet à l’Espagnol, et l’on tente de prendre l’accent argentin. Cho me Chiamo…On va goûter du Vino local, et rencontrer « los que creen en el terroir de aqua ». Enfin, si vous le voulez bien, je partagerai ici l’aspect viticole du voyage. Du sol, des vignes, des vin et des rencontres. L’aventure, les photos, et les coups de cœurs se feront sur une autre adresse http://holaargentina.fr dans une mise en page différente, plus « Globe Trotter ».

Quitamos el quince de Abril. Hasta Pronto Bordeaux, Francia, el vino de aqua y los amigos*.

*On file le 15 Avril. A très vite Bordeaux, la France, le Jaja et les potos.

argentine-3

Vue du tumblr Hola Argentina!

 

Au fil de la Garonne !

garonneDe mes études de géologie à Toulouse, à mon job de géopédologue viticole à Bordeaux, la Garonne est là ! Impassible elle est le témoin du chahut hydrologique qui opère  périodiquement. Pluies automnales, fonte des neiges, marées.

De cette Garonne naquit la découpe subtile des paysages du Sud-Ouest. Telle une veine elle traverse ce bout de France. Elle s’accorde avec les failles pour les suivre et leurs donner une place notable dans le paysage. En Gironde, elle creuse, lacère sa rive droite, quand en sa rive gauche elle crée le support d’un fantasme populaire : la croupe graveleuse. Indissociable du Médoc, de Pessac-Léognan et des Graves-Sauternais, cette dernière porte en son sein des galets, blocs, cailloux d’origines géographiques et pétrographiques diverses. Entre Pyrénées, Massif Central et Montagne Noir, le Bordelais prestigieux naît d’une mosaïque de roche l’invitant à l’humilité.

« Le Pont de pierre à, lui, les pieds un peu agîtés »

Dans la ville, la Garonne est une bouffée d’air, une ouverture sur le paysage urbain. Le dôme de la Grave à Toulouse rend majestueux le franchissement du Pont Saint Pierre. A Bordeaux, depuis Bastide, les clochers de Saint Michel et de Pey Berland perçant le ciel, accompagnent le front XVIII° du Port de la Lune. Le Pont de pierre à, lui, les pieds un peu agité.

Dans nos vies, Garonne laisse une empreinte et nous invite à nous plonger dans l’histoire de ses rives. Le commerce florissant, les moulins du Bazacle, l’île de Tounis, les chantiers nautiques de Langoiran, la naissance du canal latéral de Castets au port de l’embouchure, la traversée des vignobles, Buzet, Moissac, Fronton, le bal des péniches et cargos de l’A380.

Bordelaise et Toulousaine, la Garonne est aussi Agenaise filant sous le pont canal. Elle fût de Saint Macaire avant de quitter le bourg médiéval pour celui de Langon, elle est de Golfech, de Marmande, ou encore de Grenade.

D’un bout à l’autre la Garonne accompagna des cultures, des vies, des architectures différentes. Elle offrit le calcaire en aval, l’argile rougeâtre des briques roses du toulousain et les galets pyrénéens en amont.

Fidèle et belle sur ce quart sud-ouest de l’hexagone la Garonne est là. Elle est fil d’Ariane,  repère, et pépinière d’idée poétiques comme scientifiques. Sur la route, dans les vignes, ou à l’assaut des sentiers, elle est ma Garonne ! garonne-4

Minute, tu deviendras Carte des Sols !

cartes-des-sols-1Minute, feuille de terrain malmenée durant des jours de prospection. Parsemée de petits points au crayon à papier, elle se couvre de notes au fil des jours. Se pare de terre et de pluie au fil du temps qu’il fait. 30ha?

180 points à imaginer en fonction de la topographie, des particularités de la pente (dis moi si tu es concave ou convexe), de la carte géologique…ces petits points qui une fois posés sur papier deviendront de vrais trous. Autant de sondages effectués à la tarière avec un peu d’huile de coude, et de coups de reins. 180 points ?

216m de profondeur cumulés potentiels. Les sols de 40cm sont des pauses bienvenues. 216m de sol consignés sur des feuilles de notes. Avec la minute elles font la paire. Terre, eau, gribouillis. On y consigne la texture, les traces de circulation d’eau, la pierrosité, les racines, la couleur. Autant d’infos pour rassembler ensemble les sols identiques, aux caractéristiques similaires, et créer les unités cartographiques des sols (UCS).carte-des-sols-2

Les fosses pédologiques viendront compléter les observations à la tarière. Des échantillons prélevés pour analyses. Nouvelles feuilles de notes. Nouvelle vision des sols du vignoble.

Les UCS, prennent forment sous une nouvelle minute, un peu plus propre, au chaud, au bureau. Au fil des coups de crayon, des courbes épousant souvent les lignes topo, les UCS s’entrechoquent, fusionnent, se divisent. 5? 8? 12? 11 sera notre dernier mot.

Du support papier, au support informatique, l’on crée ce qui sera plus tard la traduction des potentialités viticoles des parcelles. Pour simplifier la lecture, imager les particularités des grands groupes de sols, nous posons les couleurs adéquates. Le fond de carte est près, la minute, ses tâches de terres, et le papier gondolé semblent déjà loin de nous.

Clou de la carte, le contour des parcelles vient découper la carte initiale. Légende, Nord, Bâtis, Nomenclature…on y est?

Nous y sommes presque. La carte s’accompagne d’une notice, et d’une description des potentialités du vignoble. Comme les géopédologues que nous sommes aiment les courbes, et la vulgarisation, on complétera le tout par des coupes, associées à des photos des sols, représentatifs des UCS.

« Cela ne changera pas le goût du vin tes trous dans les vignes »

Et le vino dans tout cela? Cela ne changera pas le goût du vin tes trous dans les vignes, pourrait-on entendre. Notre minute, devenue carte, sera l’outil idéal pour appuyer une restructuration du vignoble, pour la gestion des sols en anticipant la fertilisation organique, gérer la vigueur comme la compétition des adventices, réfléchir l’implantation de haies, le drainage par le creusement de fossés, comprendre et lutter contre l’érosion,et surtout adapter au mieux les cépages et porte-greffe. En cave il sera l’outil d’appui pour la sélection parcellaire, comme pour la prévention des carences des moûts.

« Elle accompagne le fantasme du terroir dans le plaisir de la dégustation »

Outil de communication, la carte est aussi là pour l’amateur éclairé, comme de l’amoureux des belles cartes. Elle accompagne le fantasme du terroir dans le plaisir de la dégustation.

carte-des-sols-3

Le sol, Terroir ou composante du Terroir?

Caractériser un sol, n’est pas caractériser un terroir, mais identifier une composante de ce dernier. Si il existe un terroir, il est la somme de facteurs naturel et humains aboutissant au vin. De la parcelle jusqu’à la mise en bouteille, voir jusqu’à la dégustation. Le goût du vin est influencé par chacune des étapes et ne peuvent être dissociées de la notion de terroir.

Le peu d’interventions au cours de ces étapes révélerait au mieux le « terroir » pour certains, quand d’autres jugent indissociable la technologie comme outils révélateurs de la typicité des vins. Éternel débat, stimulateur et producteur de bonnes idées (et de belles cartes 😉 )

Carte des sols, minutes et feuilles de terrain produites  lors d’un audit pédologique dans le bordelais avec Maxime CHRISTEN. Chambre d’Agriculture de la Gironde – Service Vigne & Vin – Bureau gestion des sols.