San Juan l’irrévérencieuse – L’autre visage du Cuyo viticole

image

Un bout du Cerro Blanco avance au sein des vignes de la Valle de Zonda

Perchés au dessus des vignobles de la vallée de Zonda, passant par la magnifique crête de Sierra Chica, ou sur le toit enivrant de  Sierra Azul, notre semaine sanjuanina s’acheva quelques kilomètres plus au sud à Pocito, en l’antenne locale de l’Institut National Agro-Pisicole (INTA).

image

La crete de la Sierra Chica de Zonda, un sentier vertigineux

image

Eprouvante Sierra Azul

Les rencontres fortuites, engagées par quelques anges gardiens de l’hexagone, nous menèrent d’un simple café avec Angel Leotta, président de la chambre vitivinicole du vin en vrac (vino en granel), à un bavardage-maté en compagnie du terroiriste de la région du Cuyo, Maximiliano Battistella.

image

Maximiliano & ma pomme devant la carte des sols de San Juan

L’homme tranquille, arborant la barbe de l’ingénieur de terrain, engagea alors avec nous une discussion sur le vignoble, la notion de typicité, le sol, le climat, et le futur des vins de San Juan!

Situé au coeur de la région du Cuyo, le vignoble de San Juan occupe une surface totale de 47227ha, représentant 21 % du vignoble argentin. Deuxième production viticole du pays, San Juan est la seule à conjuguer vins de table, vins fins, raisins de table, et moûts concentrés. Reconnue pour ses Syrahs, la zone produit tout autant de Malbec, Cabernet Sauvignon, Merlot, Chardonnay et Sauvignon que sa voisine du Cuyo. La proximité de Mendoza assure alors une mise sur le marché de l’ensemble de la production. L’université de la capitale forme les techniciens qui engagent aujourd’hui la transformation du vignoble vers une viticulture de pointe. Un point essentiel, au coeur d’une production nationale marquée par une culture de type traditionnelle.

image

Depuis Sierra Azul, la Valle de Zonda. L’on apercoit la retenue du barrage de Dique de Ullum surplombe a sa droite par la Sierra Chica

En effet, le système de conduite est encore dominé par la pergola (Parrales), occupant 90% de la superficie du vignoble. Le climat,ne délivrant que peu d’eau dans l’année, est plutôt généreux en Soleil. Les Parrales, sont une protection bienvenue aux veléités des rayons estivaux.  Du côté des sols les deux zones principales que sont la  »Valle de Zonda » et la  »Valle de Tulum », présentent une surface pédologique jeune et largement hétérogène. Y prédomine d’une part des sols à forte rétention en humidité favorisant la formation de nappes perchées lors d’irrigations peu contrôlées. D’autre part des sols plus sains avec un bon draînage, peu ou non salins constituent la seconde couverture pédologique. Du côté de la « Chica Sierra de Zonda », la texture argilo-limoneuse des sols squelettiques favorisent les raisins de tables et zones horticoles. Au sud de San Juan, de jolis sols organiques profonds, reliques de lagunes, occupent la région horticole de Rawson et Pocito.

image

Carte des sols de San Juan

Le sol, support essentiel à l’apport azoté de la vigne, n’est ici que peu favorable à sa culture d’un point de vue hydrique. La perméabilité, ou la présence anecdotique de zones lourdes (argiles épaisses), rendent l’irrigation par inondation, puis par goutte à goutte, un outil indispensable à la production viticole. L’apport de la précordillère, mené par un système de canaux important permet un apport moyen de 1500mm d’eau par cycles végétatifs.

Sols et environnement de la province de San Juan (Document INTA)

Un vignoble en mutation

Depuis les années 90 le vignoble se transforme. La conduite en espaldera, la promotion de l’irrigation et de nouveaux cépages ont transformé une partie du vignoble. Étrangement le contexte économique du pays rend peu disponible la main d’oeuvre pour la viticulture. Le vignoble le supporte mal et la mécanisation se révèle indispensable. Un problème là ou les pergolas dominent. Ainsi les vignobles à haute valeur marchande se sont déjà convertis, tandis que l’INTA aide aujourd’hui à la restructuration des vignes hautes vers un « entre-deux » moins coûteux.

La parole du terroiriste

Maximiliano invite la production à se poser les bonnes questions tant du point de vue des facteurs liés à la qualité des vins, tant des défis imposés par le marché (coût de production élèvé pour un coût de revient en baisse). Ainsi, loin du discours sol/climat/typicité menant à des rendements plus faibles, il lui parait intéressant de guider les vins de San Juan vers une qualité pouvant rivaliser avec le marché mendocino. Il s’aide alors des facteurs locaux (ensoleillement, gradient thermique jour/nuit) comme de l’utilisation plus pointue d’outils telle l’irrigation. Laissant le marketing du terroir sanjuanina aux communicants, Maximiliano propose alors d’établir un discours technique au sein de la filière pour sensibiliser les viticulteurs à ces conduites de pointe.

image

Pergola au sein de la Casa de Sarmiento, le Jules Ferry argentin, et a l’origine de l’irrigation de la province.

Une rencontre intéressante qui enrichit ces discussions sur le terroir, la typicité et la qualité des vins engagée il y maintenant 4 ans au coeur du Languedoc viticole. Quel est le plus important dans le vin que l’on produit? La nature du lieu où l’on cultive, la technologie que l’on y investit, le discours marketing et/ou la poesie que l’on sème au cours de son élaboration. Dans le fond, le vin est un savant mélange des quatre qui, même au coeur de l’Argentine, ne peut faire l’impasse sur l’un d’eux.

Ressources complementaires:

Sit de l’Instituto Nacional de Technologia Agropecuaria : INTA

Document sur les sols et environnements de la province de San Juan : Suelos Valle del Tulum, Ullum y Zonda.

2 réflexions au sujet de « San Juan l’irrévérencieuse – L’autre visage du Cuyo viticole »

    1. Pierre-Marie CAMPER Auteur de l’article

      Parfois la poésie l’emporte…mais jamais celle bon marché des contres étiquettes de supermarchés 😉

      Répondre

Répondre à Pierre-Marie CAMPER Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>