Un Tour dans les Monts de Lacaune

Entre Tarn & Hérault, les Monts de Lacaune offrent à cette saison des couleurs saisissantes. Entre bleu du ciel et vert prononcé des prairies, et autres champs d’orge d’hiver. La brume matinale, fidèle à la région, laisse le promeneur pantois face à la mer opaque observée depuis les plus HAUTS sommets.

Au loin, par temps clair, les Pyrénées se dessinent, enneigées, apparaissant derrière une Montagne Noir sublime, imposante.

De la Salvetat sur Agout à Lacaune, en passant par Brassac, Lacapelle, ou encore le petit village de Nages, l’excursion se déguste. J’ai, ce Jeudi 1 Novembre, renoué avec les ascensions sur mon fidèle destrier. Quelques 1500m de dénivelés pour une centaine de kilomètres avalés, non pas tout crus, mais au rythme d’une journée à la cool.

Le lieu n’est pas un spot à picrate, mais qu’à cela ne tienne, en pédalant un peu, on passe Fraïsse sur Agout, le col de Fontfroide, et les vignes du Haut Languedoc s’offrent à nous. Vallée de l’Orb, Saint Chinian, Berlou, Olargues, Mons, Saint Pons.

De mon côté, ma journée s’acheve à Faugères pour saluer Catherine Roques, chef d’orchestre du Mas d’Alezon (Faugères)  et du Domaine de Clovallon (Bédarieux). Rencontrée en 2009 lors de mon trip languedocien, Catherine m’est incontournable lors de mes visites dans le vignoble. Riche en références, elle est une observatrice assidue de ce qui se fait ici ou là en matière de terroir.

Mon palais retiendra  en ce début Novembre

Aurièges 2001 (Domaine de Clovallon – IGP Oc). Cru léger, sensiblement inspiré d’une Bourgogne pas si lointaine. L’âge pose en arrière-plan la vivacité des blancs de Catherine, dominé par des notes briochées et florales. En bouche, notes d’épices, acidité discrète et rondeur accompagnent les arômes retrouvés du nez.  (Accompagement 1° Service : Morteau/Mont d’Or – 2d service : Papillotte de Saumon/Poireau/Purée de Butternut)

Aurièges 2000 (Domaine Clovallon –IGP Oc) est beaucoup plus évolué. Une couleur or et un nez beurré s’accompagnent de notes de mangue  et de pêche. En bouche, une belle matière avec de l’ampleur et une acidité équilibrée. On frôle avec du coing, de l’ananas. Chaleur et épice tapissent le palais. Longueur en bouche moyenne, avec une rétro-olfaction sur la réglisse. (Accompagnement Soupe Thaïlandaise – Poulet /Oignon/Beurre de Peanut/Citron/Nouilles)

Amis bordelais, il semble que Martin de La Cave à Part a quelques quilles des vins, ci-dessus notés, dans ses bacs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>